Aller au contenu principal
Important notice

COVID-19 : Des réponses à vos questions

Certains services sont offerts sur rendez-vous seulement à nos bureaux d’accueil de Montréal et de Québec. Aucune visite ne sera acceptée sans rendez-vous. Pour connaître les services offerts sur rendez-vous ou pour toute question, consultez la page Questions et réponses sur nos services pendant la pandémie.

Aide financière de dernier recours (aide sociale)

Une personne qui devient prestataire d’une aide financière de dernier recours est automatiquement inscrite au régime public d’assurance médicaments. Par contre, lorsqu’elle cesse d’être prestataire, elle doit entreprendre certaines démarche concernant sa couverture d’assurance médicaments.

Devenir prestataire d’une aide de dernier recours

Lorsqu’une personne devient prestataire d’une aide financière de dernier recours, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale en informe la RAMQ qui l’inscrit alors au régime public d’assurance médicaments. La personne n’a donc aucune démarche à faire pour bénéficier de ce régime.

Lorsqu’elle se présente à la pharmacie pour obtenir des médicaments couverts, la personne prestataire d’une aide financière de dernier recours doit présenter son carnet de réclamation et sa carte d’assurance maladie valide.

Cesser d’être prestataire d’une aide financière de dernier recours

Lorsqu’une personne cesse d’être prestataire d’une aide financière de dernier recours, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale en informe la RAMQ qui annule son inscription au régime public. La personne doit alors entreprendre certaines démarches concernant sa couverture d’assurance médicaments.

La personne doit d’abord vérifier si elle est admissible à un régime privé. Habituellement, on est admissible à ce genre de régime dans le cadre d’un emploi ou encore par l’intermédiaire d’une association ou d’un ordre professionnels dont on fait partie.

On peut aussi avoir accès à un régime privé par l’intermédiaire de son conjoint. En effet, une personne couverte par un régime privé est obligée d’en faire bénéficier son conjoint, à moins que celui-ci ne soit déjà couvert par un autre régime privé.

Si la personne est admissible à un régime privé, elle doit y adhérer, au moins pour la portion qui concerne les médicaments. La plupart du temps, la protection pour les médicaments est incluse dans un régime couvrant d’autres soins de santé (appelé régime d’assurance maladie). Parfois, cette protection est offerte seule.

Si la personne n’est pas admissible à un régime privé, elle doit s’inscrire au régime public en contactant la RAMQ.

La contribution annuelle maximale

Il existe un montant maximal annuel qu’une personne peut payer pour obtenir des médicaments couverts. En règle générale, c’est l’assureur privé ou la RAMQ qui veille au respect de ce plafond. Toutefois, lorsqu’une personne change de régime d’assurance en cours d’année et qu’elle pense atteindre le plafond avant la fin de l’année, elle doit elle-même entreprendre certaines démarches pour informer son nouvel assureur du montant de ses contributions.